Site officiel de la mairie de Servon (Seine-et-Marne)
Retrecir le texte Agrandir le texte Accueil > Bien vivre à Servon > Découverte > Histoire de Servon
La fête des cocus

Il est difficile d’en retrouver ses origines mais cette manifestation existait avant la dernière guerre et elle a perduré après. Nous en avons retrouvé des traces entre les années 1930 et 1954. Il existe encore à Servon quelques personnes qui ont vécu ces grands moments !

Un roi et une reine choisis parmi les mariés de l’année

La “Fête des cocus” avait lieu dans la deuxième quinzaine d’août, le mardi suivant la fête du village qui, elle, s’installait sur la place de l’église du samedi au lundi, avec ses stands, son manège de chevaux de bois, son bal populaire et sa fameuse course cycliste.

Le lundi était jour férié pour les employés de l’agriculture, qui pouvaient ainsi participer aux jeux de plein air : montée au mât de cocagne, course en sac, course à l’œuf, concours de tir, etc.

Le roi des cocus et sa dame étaient choisis par un jury bon enfant parmi les jeunes mariés des douze mois précédents. Ceux qui s’étaient le plus récemment unis avaient les meilleures chances d’être élus.

Comme il se doit, la calèche qui transportait le “couple royal” était ornée de jaune… Quoi de plus normal en cette saison où les gerbes de blé et les fleurs sauvages fournissaient les décorations nécessaires ?

En tête du cortège parcourant les chemins du village accompagné de la fanfare, il y avait le maire, cocarde tricolore à la boutonnière, le président du comité des fêtes, le garde-champêtre et le porteur de la pancarte événementielle, surmontée d’une remarquable paire de cornes de cerf !

On faisait un passage obligé devant la gare, afin d’y entonner le traditionnel refrain : "Il est cocu le chef de gare, s’il est cocu c’est qu’sa femme l’a voulu, ohé, ohé…". Et quand le cortège reprenait sa marche il chantait : "Si tous les cocus portaient des clochettes, au-dessus de la tête, ça f’rait tant de chahut, qu’on s’entendrait plus…".

Le soir venu, les roi et reine d’un jour avaient pour obligation d’ouvrir le bal champêtre.

Imprimer      Flux RSS   |   Partager
Lire aussi ...
Accessibilité|Crédits|Mentions légales|Contacts|Plan du site